Olibrius wine - Marc DANIELOU vigneron en vallée du Rhône présente ses vins

Rechercher

Aller au contenu

2 bis - plus d'info ...


Le nom du Domaine :

OLiBRiUS, nom du domaine éponyme correspond à l'image que nous donnions dès la création du domaine, dans le sens original, excentrique, hors norme, etc…
En effet, pour de multiples raisons, nous étions loin de donner une l'image de vignerons traditionnels.
Par la suite, une certaine originalité transparaissait dans nos vins, ne laissant pas indifférent la grande majorité des consommateurs. Cette reconnaissance nous a enlevé toute gêne ou complexe vis-à-vis de notre statut de néo-vignerons amateurs. Certes, différents de la majorité des vins produits autour de nous, nous assumons et revendiquons cette originalité.

Le nom des cuvées :

Nous produisons 3 cuvées de vins rouges aux noms un peu curieux qui mérite des explications :
- Iskis,
- Oristal,
- Diaoul.

Quand un même domaine propose différentes références, ces dernières doivent être facilement identifiables de part leur nom et/ou leur étiquette… donc, il a fallu mener une petite réflexion sur ces sujets.
Les noms classiques du genre " Tradition ", " Tête de cuvée ", " Cuvée Prestige ", " Cuvée Spéciale ", etc... auraient pu suffire, mais nous pensons que des noms spécifiques feraient plus l'affaire et qu'à terme nos clients identifieront facilement nos vins rien qu'au nom des cuvées.
Tous ces noms de cuvée sont des noms ou adjectifs bretons.
Finistérien d'origine, je suis toujours très attaché à ma Bretagne natale, d'où ce choix de noms bretons qui nous plaisent bien d'un point de vue phonétique.
Les traductions figurant sur les Contre-étiquettes sont les suivantes :
- [iskis] Adj. breton signifiant : étrange, bizarre, original, olibrius.
- [oristal] Adj. breton signifiant excentrique, hurluberlu.
- [diaoul] Nom masculin breton signifiant DIABLE (ou garnement au sens figuré).

Iskis était le nom donné initialement à notre première cuvée. Ce nom restait dans l'esprit car synonyme d'Olibrius.
Oristal, correspond au nom de notre cuvée Prestige, cuvée plutôt du genre hors norme car ayant subi un élevage en fût de chêne de 30 mois.
Diaoul est le nom de notre cuvée spéciale composée de 100% carignan. Ce cépage qui a longtemps eu une très mauvaise réputation, encore souvent détesté par principe mais parfois adoré fait figure de garnement (Diaoul). Cette cuvée est considérée comme spéciale car elle ne sera pas forcément réalisée tous les ans !

Pourquoi des hermines ? :

Quel est le rapport entre des hermines et notre vin ? …Encore une idée d'Olibrius !!

Ya-il un rapport avec le terroir ?...
… et là, surprise, nous considérons que OUI !!!

Voici notre démonstration :

1 - Tout d'abord, rappelons à ceux qui l'ignorent que l'hermine est un des symboles historiques de la Bretagne depuis 1316. … et alors, ce n'est pas un vin Breton ??... Exact mais continuons notre démonstration.

2 - Ensuite il faut se rapprocher de la notion de terroir viticole. L'exacte définition de terroir viticole n'est pas reconnue unanimement. Toujours est-il que tout le monde semble d'accord sur ceci :
" Un terroir viticole est un groupe de parcelles agricoles. Elles doivent se situer dans la même région, correspondre à un même type de sol, avoir des conditions climatiques identiques, et ses vignes être conduites avec les mêmes techniques viticoles. Ces conditions, qui définissent un terroir, contribuent à donner un caractère unique, une " typicité " aux raisins récoltés, puis au vin qui en sera issu.
La spécificité d'un terroir est tributaire de caractéristiques locales telles que la topographie (pente et exposition), la proximité d'une rivière ou d'un plan d'eau qui vont agir pour créer des micro-climats. La qualité du vin, liée au choix des cépages, en dépend. Toute variation du climat a des répercussions sur les caractéristiques du vin et est le fondement même des grands ou des petits millésimes
"

Au delà de cette définition, certains considèrent que la notion de terroir intègre non seulement tous ces éléments mais qu'elle peut
inclure des éléments qui sont contrôlés ou influencés par des décisions humaines… donc, l'homme jouant un rôle dans l'élaboration du vin (il plante, cultive la vigne, vinifie, élève le vin) ferait partie du terroir vinicole !!! … et l'homme en question, c'est Moi !... Oh punaise, je ferais partie du terroir !... Oui mais, quel est le rapport entre les hermines et moi ?

3 - Rappelons que je suis originaire du
Finistère et que je suis encore très attaché à ma région d'origine (Cf.le nom des cuvées)….

Cheminement et Conclusion : donc, " Terroir " / " Homme " / " Breton " / " Hermine "… CQFD !

En clair, les hermines sont là pour rappeler nos liens avec la Bretagne. Comme il y a un peu de nous (voire beaucoup) dans la bouteille, nous pensons qu'afficher des hermines est légitime.

Autre chose concernant la forme de ces hermines :

Ces hermines peuvent paraître aux yeux de certains autochtones (je ne citerais pas de nom),
non conformes au VRAI dessin de l'hermine (figurant sur le drapeau breton " guenn ha du " par exemple)... généralement 3 ou 5 pattes... et non 7 pattes comme sur la notre.
Une fois de plus, il y a une explication… qui va presque rejoindre la notion de terroir vu précédemment.


Ce dessin, est en partie une création du présent Olibrius que je suis… !

Pourquoi avoir créé un modèle, alors qu'il en existe tant d'autres (arrondies, anguleuses...) ?

Cette hermine est inspirée par celles peintes sur les murs et plafonds du fameux restaurant " Christian Etienne " jouxtant le Palais des Papes d'Avignon. Ces hermines que l'ont peut toujours observer, avaient été peintes vers 1400 pour la venue en Avignon d'Anne de Bretagne… Anne de Bretagne n'est pas venue, mais les hermines sont restées !!! (certaines peintures sont d'origine et non retouchées).

Mon ami Pierre (de Ploemeur) érudit de cette période historique a été chargé de trouver LES explications sur ce " non voyage " d'Anne de Bretagne en Avignon. Nous en savons désormais plus, mais nous n'allons pas le développer ici !

Donc, ces hermines sont réellement conformes à celles qui étaient réellement dessinées en 1400 ! Voilà pour ceux qui déplorent la forme de cette hermine.

Retenir ce modèle, partie intégrante du patrimoine historique de la capitale des Côtes du Rhône nous paraît logique et intéressant.


Le visuel des étiquettes :

Ce visuel est devenu le point commun à toutes nos étiquettes.
Imposant sur la cuvée "Iskis", ce visuel s'est transformé en version "timbre" sur les étiquettes "Prestige Oristal" et "Spéciale Diaoul".

Mais d'où vient ce dessin ?

Il s'agit en fait d'un dessin d'enfant, et plus exactement d'une "création" de notre fille quand elle était en maternelle à l'âge de 4 ans. L'exercice consistait à s'inspirer d'une œuvre affichée dans la classe pour effectuer leur propre création. Cette peinture nous a toujours plue et l'idée de l'afficher sur nos étiquettes fut toute naturelle.

Pendant de nombreuses années, nous étions persuadés que l'œuvre originale était de
Picasso, jusqu'au jour où notre fille nous annonce avoir vu cette œuvre au musée des Beaux-Arts de Lyon et qu'il ne s'agissait pas du tout de Picasso !!
L'œuvre originale est connue sous le titre de "Tête de femme méduse" du peintre Alexej von Jawlensky (1864-1941) : (Peinture allemande XXème - Huile sur carton de 1923 - Lyon, Musée des Beaux-Arts)... Allez la voir sur Internet et vous jugerez par vous même !


Vous en savez beaucoup plus maintenant ...





Revenir au contenu | Revenir au menu